8 outils pour favoriser la connexion parent-enfant

Evénement interblogueur autour de la connexion

Dans l’article Connecter avant d’enseigner, je t’ai expliqué pourquoi il était fondamental d’établir une connexion avec son enfant. Si tu viens de lire cet article, tu te dis peut-être “OK Emma, c’est en effet important de se connecter. Mais comment on fait ? Quelles sont tes idées pour créer du lien ?”. Ca tombe bien, je te livre dans cet article 8 outils pour favoriser la connexion parent-enfant.

Pour accéder à la version audio de cet article, clique sur “Play” ou clique sur “télécharger” juste en-dessous pour enregistrer le podcast :

Et comme c’est un sujet qui me tient à cœur, j’ai également organisé un carnaval d’articles autour du thème “Comment favoriser la connexion parent-enfant. Plusieurs blogueurs ont gentiment accepté de participer à cet événement interblogueurs et je les en remercie. Tu peux désormais accéder à la compilation de ces articles sous forme d’un e-book gratuit, simplement en complétant ce formulaire :

Reçois ton e-book "Comment favoriser la connexion parent-enfant"

connexion

Laisse-moi ton adresse e-mail et je t'enverrai cet e-book de 67 pages créé par 10 blogueurs passionnés de parentalité, d’éducation, d’alimentation, de voyage ou encore de développement personnel. Tu y découvriras leurs astuces et conseils pour se connecter avec ton enfant.

connexion

Laisse-moi ton adresse e-mail et je t'enverrai mon e-book dans lequel tu découvriras 5 clés qui t'aideront à obtenir la coopération de ton enfant ainsi qu'une boîte à outils à utiliser sans modération !

J’ai horreur des spams. Ton adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. En t’inscrivant ici, tu recevras des informations de la part de Parent Plus Qu’Imparfait afin d’aider ton enfant à mieux grandir tout en respectant tes propres besoins. Tu peux te désabonner à tout instant.

1. Montrer son amour

Pour certains parents, employer des mots d’amour coule de source. Pour d’autres, ce n’est pas quelque chose de naturel car il est possible qu’ils aient grandi dans un environnement très pudique, dans lequel on exprimait rarement ses sentiments.

S’il est difficile pour toi d’exprimer ton amour, j’ai une bonne nouvelle : tu n’es pas obligé de prononcer les mots Amour, Love for ever et Coeur à tout bout de champ pour montrer l’amour que tu portes à ton enfant. Le secret ? Les gestes d’affection. Un câlin, des bisous mais aussi une main sur l’épaule ou dans les cheveux, un regard tendre, un sourire complice ou une caresse dans le dos sont tout aussi bénéfiques que le traditionnel “Je t’aime” pour remplir le réservoir affectif de ton enfant. Et après un conflit, les câlins libèrent et rapprochent. Je suis sûre que ta moitié et toi ne direz pas le contraire ;). A consommer donc sans modération.

amour

2. S’amuser

Pour s’amuser avec son enfant, on peut avoir recours au jeu ou à l’humour par exemple. En s’amusant ensemble, vous favorisez la production des hormones de l’attachement, l’ocytocine et l’endorphine, et renforcez alors votre complicité.

Le jeu

Alors c’est vrai, on a pas toujours envie de jouer avec son enfant, surtout si on rentre du travail et qu’on a encore la tête dedans. On a la flemme souvent, faut dire ce qui est. Mais jouer avec son enfant, c’est un peu comme aller à la salle de sport : on a vraiment la flemme avant d’y aller mais après, qu’est-ce qu’on est content et boosté !  Alors motive-toi : joue avec lui quelques minutes par jour et tu verras à quel point lui comme toi vous sentirez bien.

L’humour

On le sait, les pouvoirs thérapeutiques de l’humour sont incroyables – à condition de rire avec l’autre bien sûr et non de l’autre. L’humour permet notamment de relativiser et de dédramatiser certaines situations. C’est également un excellent moyen de créer une complicité. Les moments de fou rire, d’échanges de blagues (même si bon, entendre 50 fois d’affilée “caca boudin”, ça nous fait pas forcément hurler de rire…) renforcent la connexion entre vous. Si certaines expressions ou situations vous font rigoler tous les deux, note-les toi sur un carnet ou dans ta tête et n’hésite pas à les sortir de ton chapeau lorsque tu es confronté à une situation qui risque de partir en cacahuète. Ca peut paraître évident mais on n’y pense pas vraiment tant qu’on en n’a pas réellement pris conscience.

3. Partager des anecdotes

Les enfants adorent qu’on leur raconte des anecdotes de lorsqu’on était petit. Partager ses anecdotes favorise la connexion car cela permet de :

  • Nous mettre à la place de notre enfant car pour partager un vieux souvenir (allez, pas si vieux que ça !), on fait appel à nos souvenirs et ressentis d’enfants. Nos problèmes d’adultes nous font oublier qu’on a été un jour un enfant (qui dort toujours en nous d’ailleurs). Et lorsqu’on se met à sa place, ça aide à relativiser et à prendre du recul sur la situation.
  • Transmettre, ce qui aide considérablement un être à se construire.
  • Faire passer un message sans avoir à employer un “tu” accusateur ni un “on” imprécis.
  • Lui montrer qu’on le comprend. En t’écoutant raconter ton anecdote, ton enfant réalisera que toi aussi tu es passé par là, il se sentira compris et cela apaisera d’éventuelles tensions.

Pas besoin d’attendre une situation conflictuelle pour partager une anecdote, cela peut se faire à n’importe quel moment. Ainsi, ton enfant apprendra à connaître la personne que tu es (car non, tu n’es pas qu’un parent) et cela ne fera que renforcer votre lien. Petit bémol toutefois : évite de radoter, surtout si tu as un ado ! C’est juste boring quand t’as 14 ans et que tes parents ou ton prof te racontent encore et encore la même histoire !

4. Reconnaître ses erreurs

Si toi aussi tu es un Parent Plus Qu’Imparfait, il doit t’arriver comme moi de te dire que tu n’as pas eu la meilleure des réactions face à ton enfant. C’est vrai que quelquefois, il m’arrive de pousser le bouchon un peu trop loin ou d’avoir été trop ci ou trop ça. Prendre le recul nécessaire pour s’en rendre compte, c’est déjà énorme. Mais attention car c’est généralement à cet instant que la culpabilité pointe le bout de son nez… Alors au lieu de nous auto-flageller, on prend son courage à deux mains et va discuter avec son enfant.

Les 3 “R” de la réparation

En Discipline Positive, on pense qu’utiliser les 3 “R” de la réparation est une excellente manière pour transmettre le courage d’être imparfait et de faire germer l’idée que derrière chaque erreur, se trouve une opportunité d’apprentissage.

Les deux premiers R permettent de se connecter. La connexion étant le sujet de cet article, j’ai donc choisi de m’attarder sur les deux premiers R.

1. Reconnaître sa part de responsabilité : “J’ai fait une erreur…”. Le reconnaître, c’est tendre une main vers notre enfant. C’est aussi enrayer une potentielle relation dominant-dominé qui peut pousser notre enfant à être sur la défensive.
2. Réconcilier : “Je suis désolé(e) d’avoir…”. Ce n’est pas toujours simple de demander pardon à son enfant car cela ne fait pas partie de notre culture. Dire pardon, c’est accepter qu’on a eu tort. Pour certaines personnes, dire pardon est un acte de soumission… On ordonne souvent aux enfants “Dis pardon” mais il est encore rare de voir les parents donner l’exemple en s’excusant auprès de leurs enfants. Mais heureusement, les choses changent !
3. Résoudre : “J’ai besoin de ton aide. J’aimerais que l’on trouve une solution ensemble”.

Comme tu peux le constater, les 2 premiers “R” permettent de renouer avec son enfant, d’établir une connexion pour après, et seulement après, régler ensemble une situation.

8 outils connexion parent-enfant

Mais aussi…

D’autres outils peuvent t’aider à retrouver ou renforcer le lien avec ton enfant.

5. Le temps dédié

Un outil que j’aime beaucoup, c’est le temps dédié. Cela consiste à passer un moment programmé en tête-à-tête. Pour que ce moment de qualité soit réussi, je t’invite à lire l’article Le temps dédié : un outil simple et efficace pour se connecter.

J’ai également écrit des articles sur trois autres outils qui demandent certes un peu d’entraînement mais qui garantissent des résultats spectaculaires, que ce soit pour se connecter avec son enfant ou pour développer chez lui l’esprit de curiosité, l’empathie, l’estime de soi, l’ouverture d’esprit, le dépassement de soi…

6. Les questions de curiosité

7. L’écoute active et l’empathie

8. L’encouragement

Comme je le dis souvent, ne te mets pas la pression à vouloir essayer les 8 outils. Commence par un ou deux outils, ceux qui te semblent les plus simples à mettre en place. Une fois que tu te sentiras à l’aise, tu pourras en tester un autre.

Et toi, qu’utilises-tu comme outil pour favoriser la connexion avec ton enfant ? N’hésite pas à nous le partager en commentaire, je suis sûre que cela pourra nous être très utile.


Cet article fait partie du carnaval d’articles que j’ai organisé autour du thème Comment favoriser la connexion parent-enfant. Plusieurs blogueurs ont gentiment accepté de participer à cet événement interblogueurs et je les en remercie. Tu peux désormais accéder à la compilation de ces articles sous forme d’un e-book gratuit, simplement en complétant ce formulaire :

Reçois ton e-book "Comment favoriser la connexion parent-enfant"

connexion

Laisse-moi ton adresse e-mail et je t'enverrai cet e-book de 67 pages créé par 10 blogueurs passionnés de parentalité, d’éducation, d’alimentation, de voyage ou encore de développement personnel. Tu y découvriras leurs astuces et conseils pour se connecter avec ton enfant.

connexion

Laisse-moi ton adresse e-mail et je t'enverrai mon e-book dans lequel tu découvriras 5 clés qui t'aideront à obtenir la coopération de ton enfant ainsi qu'une boîte à outils à utiliser sans modération !

J’ai horreur des spams. Ton adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. En t’inscrivant ici, tu recevras des informations de la part de Parent Plus Qu’Imparfait afin d’aider ton enfant à mieux grandir tout en respectant tes propres besoins. Tu peux te désabonner à tout instant.

Photo de l’article : Say de Silva
Musique : Jamie Rumley

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Leave a Comment: