[VIDÉO] Il refuse de dormir dans sa chambre !

Accompagner son enfant à dormir dans sa chambre

Je continue mon défi, à savoir, répondre en vidéo à toutes tes questions autour de la parentalité déculpabilisante et constructive. Aujourd’hui, je réponds à une deuxième question : comment accompagner mon enfant pour qu’il puisse enfin dormir sa chambre ?

Transcription du texte de la vidéo

Salut à toi Parent Plus Qu’Imparfait…

J’ai récemment décidé de me lancer un défi pour fêter la naissance de ma chaîne Youtube, celui de répondre à toutes tes questions autour de la parentalité constructive et déculpabilisante.

Je réponds aujourd’hui à une deuxième question posée par Elise : Comment faire pour que mon enfant puisse enfin dormir dans sa chambre ?

Je suis…

Je réponds Emma Lagarrigue, déculpabilisatrice parentale et auteure du blog Parent Plus Qu’Imparfait.

Si tu es dans cette situation…

… La première des choses à faire, c’est d’identifier la source du problème. Et pour ça, tu vas commencer par te poser une première question, à savoir :

  • Est-ce que ton enfant ne veut pas dormir tout court ? Dans ce cas, il va chercher des excuses pour se lever (j’ai soif, j’ai envie de faire pipi..), il a l’air fatigué mais sans plus…
  • Ou est-ce qu’il veut dormir mais pas tout seul ou pas dans sa chambre ?

Pour répondre au mieux à la question d’Elise, je vais me concentrer dans cette vidéo sur la deuxième réponse, c’est-à-dire « Mon enfant veut bien dormir mais pas tout seul ou pas dans sa chambre ».

Comme tu sais, j’ai à cœur d’aider les parents à se déculpabiliser. Alors, j’ai décidé de te partager direct les trucs à ne pas tester, comme ça, t’évite de passer par l’étape “Oh mais pourquoi j’ai fait ca ? Pourquoi j’ai dit ca ? Mais je suis trop nulle !!!!”.

Reçois gratuitement l'e-book "Comment obtenir la coopération de son enfant"

Laisse-moi ton adresse e-mail et je t'enverrai mon e-book dans lequel tu découvriras 5 clés qui t'aideront à obtenir la coopération de ton enfant ainsi qu'une boîte à outils à utiliser sans modération !

Laisse-moi ton adresse e-mail et je t'enverrai mon e-book dans lequel tu découvriras 5 clés qui t'aideront à obtenir la coopération de ton enfant ainsi qu'une boîte à outils à utiliser sans modération !

J’ai horreur des spams. Ton adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. En t’inscrivant ici, tu recevras des informations de la part de Parent Plus Qu’Imparfait afin d’aider ton enfant à mieux grandir tout en respectant tes propres besoins. Tu peux te désabonner à tout instant.

Voici 4 choses à ne pas tester si tu veux que ton enfant dorme dans sa chambre

  • La menace :

“Attention, si tu fermes par les yeux, le méchant loup va venir te chercher !”.

  • Le chantage :

“Bon, si t’acceptes de dormir dans ta chambre, j’te donne un shokobon !”

  • Ignorer son enfant :

“Non et puis là, j’la vois, elle prend ses affaires ! J’regarde l’heure, il était 17h ! J’luis dis, bah alors, t’as pris ta demi-journée !”
[Pleurs au loin]

  • Prendre la poudre la d’escampette discrétos

 

Passons à la réflexion…

Maintenant que tu sais ce qu’il ne faut pas faire, on passe à la réflexion afin de comprendre pourquoi il ne veut pas dormir dans sa chambre>.

Il y a deux possibilités :

  • C’est nouveau pour lui car il a jusque-là toujours dormi avec vous.
  • Il a eu une petite contrariété ou un très gros bouleversement dans sa vie : des petites disputes entre copains, des punitions à l’école, un changement de lit ou d’organisation ou même un déménagement, une perte, ou l’arrivée d’un petit frère…

Dans les deux cas, ton enfant peut ressentir l’une des trois choses suivantes :

  • Il a besoin de remplir son réservoir affectif et donc, il cherche un moyen d’être avoir toi
  • Il est perturbé par un événement extérieur
  • Il a peur : des montres, du noir, des bruits…

On ressert l’entonnoir et là, on se rend compte dans tous ces cas de figure que ton enfant a besoin d’être rassuré.

Dernière partie de la vidéo, la recherche de solutions. Donc on a compris que notre enfant avait besoin d’être rassuré, de se sentir bien. Je vais maintenant évoquer trois solutions à tester chez toi pour combler ce besoin.

Rassurer

Rassurer ne veut pas dire balayer les émotions de ton enfant. En tant que parents, on n’aime pas quand notre enfant n’est pas bien. Donc on va avoir tendance à minimiser son ressenti. Mais imagine-toi dans cette situation : c’est le beau de la nuit, tu fais un cauchemar qui te fait bondir et même pleurer. T’es vraiment super mal. Tu préfères que ta moitié te dise :
”Oh mais c’est rien, c’est qu’un cauchemar.”

Ou bien :
”Oh mon chéri, ce cauchemar t’a perturbé, t’as pas l’air bien !”

Donc on demande à notre enfant comment il se sent, on l’écoute, on reformule ses propos pour s’assurer qu’on a bien compris et on ne comble pas tous les silences pour le laisser réfléchir. Et on fait preuve d’empathie.

Donc pour le coup des montres par exemple, ça peut donner ça :
”Ah ouai, ça fait un peu peur les montres. Mais moi, je leur fais encore plus peur ! Tu veux savoir comment je fais ? Quand il y en a un qui arrive, je lui fais ma plus grosse grimace et là du coup, il a trop peur de moi et il s’en va en courant ! Tu veux qu’on essaye ?”

Ainsi, on lui montre qu’il est important pour nous, qu’on se préoccupe de ses besoins et on lui apprend à surmonter ses peurs.

Réagencer sa chambre

Un autre point, très difficile à accepter pour moi. C’est l’aménagement de sa chambre. Lorsque notre enfant était encore dans le ventre, on s’est bien lâché sur la déco, façon magazine. Une jolie petite chambre de nourrisson. Sauf que là, ton enfant, il a grandi et je suis au grand regret de te dire qu’il va falloir revoir la déco et l’agencement de sa chambre pour qu’elle lui plaise à lui et non à toi. Cette chambre, c’est son nid. Il a besoin de s’y sentir bien.

Il a besoin de remplir son réservoir affectif

  • Même si on rentre tard, c’est important de passer 15 minutes entièrement pour lui et avec lui. Sans téléphone ni TV allumée. On rentre dans son jeu, on fait des guilis, des gros câlins, des bisous… Plus il y aura du contact physique, plus lui comme toi d’ailleurs, allez sécrétez les hormones de l’amour, de l’attachement et du bien-être.
  • On instaure un rituel très précis qui peut se résumer en mots. Par exemple : verre d’eau, pipi, histoire et au lit.
  • S’il ne veut pas que tu quittes la chambre, il va falloir y aller en douceur. Tu peux rester avec lui pendant qui cherche son sommeil mais pas constamment. Toutes les 5/10 minutes, tu lui demande s’il est OK pour que tu sortes le temps de faire un truc (tu dis à chaque fois les raisons : faire pipi, prendre un pull…) et que tu reviens dans deux minutes. Surtout, reviens-bien le voir si tu lui as dit que tu revenais car sinon, c’est l’angoisse assurée ! Quand tu vois qu’il se calme un peu, dis-lui que tu vas te mettre juste derrière la porte et que tu veilles sur lui. Que s’il y a quoi que ce soit, tu iras le voir.

Des petites choses à bien garder en tête dans cette approche :

  1. Ne pas rester constamment avec lui
  2. Toujours le prévenir de ce que tu vas faire
  3. Toujours faire ce que tu as dit que tu ferais
  4. Y aller progressivement et faire preuve de patience : ca peut durer un moment les premières fois mais c’est pour la bonne cause car non seulement il dormira dans sa chambre mais en plus, il apprendra à s’endormir seul et à se rendormir seul s’il se réveille la nuit.

 

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui.

N’hésite pas à me dire en commentaire, comment ça se passe chez toi pour coucher ton enfant et surtout, n’oublie pas de poser ta question en commentaire juste en dessous. J’y répondrai en vidéo.

D’ici là je te dis à très vite et surtout, n’oublie pas d’être imparfait !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Leave a Comment:

Reçois gratuitement l'e-book "Comment obtenir la coop​​​​ération de son enfant"